contact@vacances-actives-linguistiques.com

DEMANDER UN DEVIS

Contactez-nous

Carnet de voyage FLE en Alsace

Carnet de voyage FLE en Alsace

Vacances Actives Linguistiques a exploré l’Alsace cet été, et vous partage ses 7 visites et activités coups de cœur dans le cadre d’un séjour linguistique en Alsace organisées par nos apprenants FLE.

Voici un itinéraire à la fois géographique qui s’étire du Nord au Sud, et chronologique, qui traverse les époques, Moyen Âge, Renaissance, et révolution industrielle. A l’arrivée de l’automne, les couleurs chatoyantes de l’Alsace en font l’une de nos destinations préférées : des maisons à colombages, des châteaux forts jalonnant les routes de crêtes et les collines viticoles, des panoramas étourdissants sur les Ballons des Vosges, et des gourmandises réconfortantes riches en énergie ! 

1 : le Musée Lalique du Hochberg

Découverte passionnante que ce musée Lalique dédié à l’art du verre et du cristal. De pièce en pièce, l’exposition nous révèle toute la minutie et le prestige du savoir-faire des maîtres verriers. 

Le musée tient son nom d’une grande famille de créateurs et plus précisément de René Lalique, qui installa sa verrerie en 1922 sur le site du Hochberg. Le musée présente à la fois des bijoux d’une grande finesse, des flacons de parfums pour des marques luxueuses, des lustres et objets du quotidien ou de décoration tout aussi élégamment travaillés.

On peut regarder, on peut toucher aussi ! Grâce à des vidéos et des ateliers sensoriels permettant de toucher la matière à chaque étape de la création, les élèves saisissent le savoir-faire prodigieux de la tradition verrière. 

2 : Strasbourg et l’atelier gourmand de flammkush.

Strasbourg est un passage obligé de ce que voyage linguistique en Alsace, et la ville et le quartier européen méritent une semaine complète (à lire : notre premier carnet de voyage à Strasbourg.)

Après une balade dans le quartier de la Petite France, une visite et une ascension de la cathédrale pour rendre visite aux gargouilles, les élèves ont suivi un atelier de cuisine dédié à la tarte flambée.

Plat traditionnel local, la flammekueche, cuite dans un four à bois, a une recette et des ingrédients simples et précis : lardons fumés, oignon et crème. Une fois les tabliers et les toques reposés et les plans de travail bien farinés, l’atelier s’est transformé en une dégustation collective et l’élection de la meilleure flammeche !

3 : Visite du Château du Haut-Koenigsbourg

Direction le Château du Haut-Koenigsbourg, à l’assaut d’une des forteresses médiévales les plus préservées et emblématiques d’Alsace. Perché à 750 m d’altitude sur un éperon rocheux, le château donne en un clin d’œil l’impression de faire un saut de plusieurs siècles dans le passé. Ces murailles irrégulières épousent la forme de la montagne, depuis laquelle on peut observer les sommets arrondis des Vosges, la Forêt Noire, et si le temps le permet, les Alpes ! Une pause géographie bien nécessaire pour remettre les boussoles au nord !

La visite de la forteresse nous a permis d’initier notre groupe d’apprenants au vocabulaire de l’architecture médiévale : donjon et pont-levis, chemin de ronde et mâchicoulis,… Des salles d’armes au donjon, en passant par de belles pièces du quotidien aménagées et meublées, le Château du Haut-Koenigsbourg décrit la vie du Moyen Âge et l’évolution des armes et de l’art de la guerre.

4. La Bibliothèque Humaniste de Sélestat

Quittons le Moyen Âge pour entrer dans la Renaissance en suivant les mémoires de l’humaniste Beatus Rhenanus, né à Sélestat, ville alsacienne à qui il légua une fantastique bibliothèque, aujourd’hui inscrite au Registre Mémoire du monde de l’UNESCO. 

En feuilletant ses livres, manuscrits, feuillets et même cahiers d’écolier numérisés, nous parcourons à travers eux la vie des grands humanistes et voyageurs comme Beatus Rhenanus ou son ami, le célèbre Erasme. La découverte des mondes inexplorés, la rencontre avec des cultures nouvelles, le développement de la science et des techniques, la réflexion de la place de l’homme dans l’univers… Cette visite à la Bibliothèque Humaniste offre un miroir précieux à nos apprenants du français langue étrangère et jeunes voyageurs en herbe.

5 : La Volerie des Aigles au château de Kintzheim

Comment se découvrir une fascination pour les rapaces ? Rendez-vous à la Volerie des Aigles de Kintzheim, spectacle impressionnant garanti !

Nous avons accompagné nos apprenants FLE pour cette sortie nature riche en émotions. En observant l’aigle ravisseur, la chouette à lunettes ou encore le harfang des neiges (qui a fait l’unanimité chez les fans d’Harry Potter en y reconnaissant les traits d’Hedwige), l’admiration et la surprise dominent.

On y découvre près de 30 espèces de rapaces, tous aussi vifs, ingénieux et remarquables les uns que les autres. Un atelier pédagogique accompagnait notre visite pour comprendre comment les aigles sont nés ici en captivité et évoluent comme dans leur environnement naturel.

6 : Le charme des villages alsaciens : Ribeauvillé, Colmar, Eguisheim…

Il fallait bien consacrer une journée à la visite des beaux villages alsaciens, au caractère bien affirmé et romantiques à souhait. Habitués à découvrir ces villages en période de Fêtes, pour profiter pleinement de la magie des marchés de noël, ces sites sont tout aussi appréciables pour la flânerie et la dégustation de bons produits locaux ! Sur la Route des Vins, les charcuteries, bretzels et autres choucroutes se vendent à foison ! 

Ribeauvillé illustre bien le style architectural de ces beaux villages alsaciens, aux maisons à colombages colorées et chatoyantes. Nos élèves ont choisi parmi les plus belles l’Auberge de l’Éléphant, ainsi que la Maison des Ménétriers (autrement dit, des musiciens) située au début de la Grand-Rue, avec sa façade joliment décorée datant de 1683. Et pour ne pas manquer d’énergie, nous avons rendu visite à une chocolaterie alsacienne familiale !

A Eguisheim, nous avons organisé un mini jeu de piste : nos jeunes voyageurs sont partis à la découverte de ce village en ruelles en colimaçon, et à la rencontre des habitants et des touristes pour récolter un maximum de réponses aux questions en un minimum de temps. Challenge relevé ! Maisons à pans de bois et aux toits pointus, linteaux de portes sculptés et fontaines secrètes, les indices étaient cachés partout ! Ce village coloré parmi les préférés des Français (foi de Stéphane Bern!), offre un joli labyrinthe propice au jeu et de splendides vues sur les collines alsaciennes. 

Dernière étape : Colmar, la plus charmante et apaisante, surnommée la Petite Venise. On retrouve les maisons à colombages cette fois bordant des canaux et de petites ruelles pavées. En l’absence du Marché de Noël et de ces milles artisans et commerçants, nous avons jeté notre dévolu sur l’Ecomusée d’Alsace : un village traditionnel alsacien reconstitué pour redonner vie aux constructions, métiers et costumes d’antan. On y a rencontré le forgeron, le tonnelier, le charron… mais aussi l’instituteur qui au sein de sa salle de classe tient un cours sur l’histoire de l’Alsace ! Silence !

7. La Cité du Train, patrimoine SNCF à Mulhouse

Un voyage dans le voyage… La cité du train de Mulhouse nous a tous embarqués dans l’univers des voyages en train, à travers la visite des matériels roulants et la découverte de tous les objets utilisés à bord, et leur évolution dans le temps.

D’espaces en espaces, les visiteurs approchent le monde du train dans toutes ses dimensions, parfois ludiques (Le train et les vacances, les congés payés de 1936), parfois géographiques (le train et la montagne, un défi technique !), parfois géopolitique et dramatique (le train et les guerres mondiales). Les élèves se sont passionnés pour les authentiques locomotives à vapeur des années 1850, les voitures à Impériale ou les luxueux wagons-restaurants de la Compagnie des Wagons-Lits, au service du fascinant Orient Express. Et le TGV n’est pas en reste !  Les trains modernes et à grande vitesse ont attiré la curiosité des élèves, et suscité bien des vocations !

Nos séjours linguistiques en Alsace allient la nature fraîche et montagneuse des Vosges à la richesse de l’histoire et de la culture locale. Facilement combinables avec des visites de métropoles emblématiques comme Paris ou Lyon, ils s’organisent en toute saison, avec un esprit encore plus magique pendant les Fêtes de Noël.

Carnet de voyage en Baie de Somme

Carnet de voyage en Baie de Somme

Pour ce carnet de vacances linguistiques, nous nous écartons légèrement des sentiers battus avec une escapade en Baie de Somme. Notre professeure de Français Langue Etrangère, Amelia, accompagne son groupe d’élèves maltais et partage ses coups de cœur de cette région entre Picardie et Normandie. ravie par le charme de la Baie, elle nous fait vivre une échappée ressourçante depuis Paris, où tous les élèves ont fait le plein de nature.

La Baie de somme en 5 coups de coeur

Notre voyage linguistique a pris un virage à 360° lorsque mon groupe d’élèves, mon guide et moi-même avons quitté Paris, ses lumières, ses musées et ses grands monuments, pour rejoindre la Baie de Somme. En seulement deux heures nous avons totalement changé de décor, de paysage et même d’époque semblerait-il ! Les falaises de craie blanche, les dunes et les marais, les cabanes de plages comme à la Belle Epoque, les moutons et les cerf-volants, les villas chics face à la mer….
Mes élèves ont respiré à fond, oubliant presque leur smartphone ! Voici nos moments favoris résumés en un carnet de voyage en 5 chapitres. 

1. Le Crotoy et la course de char à voile 

Au Crotoy, à marée basse, la plage de sable fin s’étend à l’infini, et nous donne une impression d’immensité, embrassant tout l’estuaire de la Somme. Nous avons profité au maximum de cet espace ouvert et ensoleillé, quelle chance ! pour faire du char à voile avec les élèves. Après ces deux heures de sport (intensives !), il restait encore de l’énergie à certains pour s’adonner à l’observation ornithologique. Nous avons sollicité notre guide local pour nous aider à reconnaître les différentes espèces d’oiseaux présentes sur le territoire, notamment grâce à leur bec : le Petit gravelot, l’Avocette, l’Huitrier pie… font partie du paysage.

A la fin de la journée, le groupe a été particulièrement surpris d’apercevoir un train à vapeur, comme à la Belle Epoque. Charmante perspective ! Ce train à l’élégante locomotive progresse lentement mais sûrement, et rejoint Saint Valéry, en longeant toute la Baie de Somme. Le train est passé sous nos yeux, laissant les élèves ébahis et curieux.

2. Saint-Valery-sur-Somme : entre moutons et charme médiéval

Saint Valéry est un des 3 ports de la Baie de Somme, et son village se trouve perché sur un promontoire rocheux. Nous avons découvert cette bourgade médiévale bucolique et romantique, encore ceinte de remparts et de deux tours défensives. Ce fut un vrai coup de cœur en visitant le quartier des pêcheurs, Courtgain, organisé en un dédale de ruelles étroites et fleuries, avec encore des maisons à colombages, et des murs en damiers rouges et blancs. 

Après une cassolette de moules frites, nous avons rejoint l’Herbarium des remparts : un jardin botanique datant du Moyen-Âge qui rassemble de nombreuses espèces végétales rares. 

Depuis les hauteurs de Saint Valéry, les élèves ont pu admirer le paysage fantastique, ses grandes étendues de sable alternant avec des prés : les mollières (ici il y a un vocabulaire très spécifique au paysage, la faune et à la flore… pas facile !). C’est là que les fameux moutons des prés salés paissent tranquillement. La végétation iodée donne à leur chair une saveur incomparable. 

Enfin, nous avons croisé la chapelle des marins, faite de silex et de craie : cette architecture, c’est du jamais vu ! Au sommet de son clocher, il n’y a pas de coq et encore moins de croix, mais un goéland! 

3. Cayeux sur Mer et le phare de Hourdel

A Cayeux, le paysage littoral change un peu. Le sable laisse place aux étendues de galets. Comme ils sont difficilement praticables, un chemin de planches de plus de 2 km s’étale le long de la plage, le plus long d’Europe, et nous sert de sentier pour cheminer à travers les dunes et les galets jusqu’aux falaises vives ( c’est à dire les falaises qui ont les pieds dans l’eau).

L’atmosphère y est tout aussi romantique, comme dans un ancien temps : au loin le phare du Hourdel, vert et blanc, les cerf-volants colorés et les cabanes de plage alignées (il y en a plus de 400 ans pendant la belle saison !). 

Le blockhaus nous permet de faire un rappel de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale aux élèves et sert aussi de repère dans l’évolution du littoral. 

Mais le clou du spectacle de la journée (et même du voyage), reste la rencontre avec les phoques ! Nous avons eu la chance de les apercevoir : il faut dire qu’ils sont nombreux car ils ont élu domicile dans la Baie de Somme depuis des décennies. A marée haute, en gardant ses distances (plus de 200 m), on peut y observer la plus grande colonie de phoques veaux-marins de France et de nombreux phoques gris.

4. Mers-les-Bains, chic village pour la pêche à pied 

Cette impression de voyage dans le temps, à la Belle Epoque, se poursuit en arrivant à Mers les Bains, au creux de la falaise de craie blanche. Le village arbore de très jolies villas ! Les maisons colorées, avec leurs vérandas suspendues (les “bow-windows”) et leurs façades si élégamment décorées, forment un vrai décor de carte postale. Nous avons consacré la matinée à la pêche à pied, puisque c’était marée basse, en compagnie du guide et des nombreux amateurs habitués. D’ailleurs, nous leur avons confié notre récolte à la fin de cette matinée quelque peu grisâtre et venteuse… on ne peut pas avoir du soleil tous les jours en bord de mer picarde !

5. Parc du Marquenterre : pause naturaliste

Encore une belle journée en lien étroit avec la nature : le parc de Marquenterre est une immense réserve naturelle, unique pour observer les animaux et les espèces végétales de la baie de Somme. Et tout particulièrement les oiseaux….

C’est le moment de dézoomer la carte de France et de faire un cours de géographie : la Baie de Somme est idéalement située entre la Mauritanie et la Scandinavie, ce qui fait d’elle un refuge privilégié pour les oiseaux migrateurs d’Europe. Ainsi, accompagnés d’un guide naturaliste, nous avons organisé un jeu de piste pour les élèves pour les encourager à bien observer les différentes espèces et à mieux connaître leur mode de vie. Très enrichissant !

Ces vacances linguistiques entre ville et bord de mer furent une excellente surprise. Après les fastes et la grandeur de la capitale parisienne, nous avons apprécié la grandeur et le charme d’une région tournée vers la nature. En Baie de Somme, les élèves ont pu  déconnecter, se ressourcer et apprendre mille et une choses sur la vie littorale, l’histoire, et la beauté de cet environnement préservé.

Carnet de voyage linguistique à Marseille

Carnet de voyage linguistique à Marseille

Thian, professeur de français langue étrangère d’origine argentine, nous partage les meilleurs souvenirs de son voyage linguistique à Marseille aux côtés de ses élèves de Buenos Aires, et accompagné de l’agence Vacances Actives Linguistiques. Un carnet de voyage riche de saveurs et d‘accents chantants, qui a porté beaucoup de joie au groupe, en découvrant la culture et la langue française à la mode provençale. 

Récit de notre séjour français à Marseille

La ville de Marseille est sonore, animée, et ses habitants ont bien la réputation de ne pas avoir la langue dans leur poche ! Voilà une destination parfaite pour mon groupe d’étudiants en français langue étrangère : le contact y est facile, les lieux d’interaction avec les habitants sont multiples, et les Marseillais parlent fort ! Certes l’accent local ne facilite pas la compréhension orale, mais il la pimente !

Nous avons suivi un itinéraire provençal fabuleux, riche d’histoire, d’architecture et de paysages scéniques, d’anecdotes toutes aussi passionnantes que farfelues, et d’une gastronomie savoureuse.

2 emblèmes marseillais à visiter, 8 siècles les séparent 

La Basilique Notre-Dame de la Garde ou Bonne Mère pour les intimes

Cette basilique était d’abord une modeste chapelle au 13e siècle, perchée sur la colline surplombant la cité phocéenne. Elle devient populaire lorsque des marins, ayant survécu à un naufrage, en font leur lieu de prière principal. Au 19e siècle, une immense Vierge Marie de cuivre est érigée au sommet du monument, désormais basilique, protectrice et emblème de la ville, visible depuis chaque point de Marseille.

Je me souviendrai toujours de notre ascension à pied, accédant au site par une pente infiniment raide !! C’était le moment sportif du jour pour tous les élèves ! Arrivés au sommet, un mistral étourdissant s’est levé… Face à ce panorama à 360°, la scène était à couper le souffle dans tous les sens du terme ! A l’intérieur de la basilique, son décor de mosaïques était somptueux, à l’inverse de sa crypte, bien plus austère. Notre Dame de la Garde est un lieu totem à visiter absolument pour bien comprendre le culte voué à La Bonne Mère ! 

Visiter le MUCEM, un nouveau phare dans le port de Marseille

Quelle étrange vision dans ce MUCEM, Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée… Au-delà de ses expositions passionnantes, ce musée présente une architecture fascinante. 

Posé sur le front de mer de Marseille, il prend la forme d’un cube enrobé d’une dentelle de béton joliment dessinée, qui laisse le visiteur voir le paysage au travers. On peut alors observer la mer par ce filtre de résille, ainsi que le Fort Saint Jean et le beau patrimoine maritime de la ville. 

Un vrai plaisir pour les yeux, que les élèves n’ont pas manqué de photographier en mode selfie !

Des paysages scéniques à faire rêver 

 Une randonnée jusqu’aux calanques de Marseille

C’était une de nos grandes attentes de voyageurs : les incontournables Calanques! C’est en partie pour cela que nous avions choisi Marseille comme destination de voyage linguistique avec l’agence VAL : le soleil, la mer et ses incroyables plages d’un bleu paradisiaque. Nous avons choisi d’y aller en randonnée, pour apprécier la nature sauvage du site. Plusieurs heures de marche dans les collines de garrigue nous ont permis d’accéder à ce lieu privilégié. Après une pause pique-nique, nous avons pris le temps d’étudier la flore locale aux noms caractéristiques: chêne kermès, figuier de Barbarie, griffes de sorcières… Une façon de travailler un vocabulaire français spécifique, et de prendre conscience des dangers qui menacent la zone : incendies, sécheresse, disparition de la biodiversité, etc. 

Et tout d’un coup, du haut de la colline, la vue s’ouvre sur les eaux scintillantes de la calanque. Après une baignade rafraîchissante, le chemin retour nous attendait…

Le château d’If, vu de loin

La mer, on ne s’en lasse pas ! Pour ce troisième jour de voyage linguistique à Marseille, nous voilà partis en bateau de bon matin, direction les Îles du Frioul. Sur l’itinéraire, nous avions pour étape le Château d’If, accroché à son rocher. Malheureusement, la houle de la mer Méditerranée ne nous a pas permis d’accoster. Nous avons donc relaté l’histoire de ce lieu rendu mythique par le Comte de MonteCristo : ce personnage de roman écrit par Alexandre Dumas. 

Cette forteresse royale édifiée par François 1er au 16e siècle a fait office de prison d’État pendant plus de 300 ans. Lieu historique, magique et effrayant à la fois, a beaucoup inspiré mes élèves en cours de FLE. Quelques mois plus tôt, nous avions étudié en classe la légende de Monte Cristo, lu un passage de l’œuvre et organisé un concours de rédaction sur ce personnage. Et si Edmond Dantès avait eu un complice dans le Château d’If ? 

Ce jour-là à Marseille, la mer agitée a décidé de notre sort : nous n’avons pas pu découvrir le Château d’If et nous sommes arrivés aux îles Frioul à moitié trempés par les éclats de vagues !

French jeu de piste aux  îles du Frioul

Les jeux de piste : rien de tel pour apprendre le français en s’amusant. Dans cet environnement encore préservé, fait de roches, de criques sablonneuses et d’eaux translucides, nous avons organisé un jeu à énigmes sur l’île de Ratonneau, la principale de l’archipel. Les étudiants devaient répondre au questionnaire en un temps limité, à la recherche d’informations auprès des locaux (commerçants principalement) ou en travaillant leur sens de l’observation. Cet exercice organisé en équipe et sans smartphone, oblige les élèves à penser et à  s’exprimer en français. Le jeu de piste organisé par l’agence leur a permis de découvrir par eux-mêmes l’histoire de l’archipel du Frioul, si intrigante : des aventures militaires, un lieu de quarantaine pour les bateaux étrangers après la grande peste, « L’hôpital Caroline », le fort de Ratonneau… Les élèves ayant donné les bonnes réponses aux énigmes ont eu droit de se baigner en premier dans les calanques !

Explorer la Grotte Cosquer : le clou de notre voyage linguistique à Marseille !

Nos étudiants en français sont tombés sous le charme de la Grotte Cosquer, grotte préhistorique sous-marine (seule la reproduction se visite, l’originale étant entièrement protégée). Un univers hors du temps, et hors de l’espace. L’histoire de la découverte de ce lieu est tout aussi insolite et enchanteresse. Henri Cosquer, un plongeur passionné explore les côtes marseillaises et découvre fortuitement la grotte sous-marine en 1985, puis ses peintures pariétales quelques années après ! La grotte a été fréquentée par les hommes il y a plus de 33000 ans … La reconstitution du site et des peintures se visite en petits groupes, au sein d’une base sous-marine imaginaire, en suivant 3 niveaux sous la mer. Les étudiants ont été passionnés par cette plongée ultra réaliste dans la Préhistoire. 

Marseille, Ville cinéma

Nos étudiants ont pu découvrir Marseille avant d’y voyager ! En effet, certains ont visionné le film Stillwater, une réalisation américaine de 2021 avec Matt Damon et Camille Cottin, entièrement tournée dans les rues et les calanques de Marseille.

Le quartier typique du Panier que nous avons exploré dans ses moindres ruelles ensoleillées et colorées, avec ses artisans et ses bars restaurants animés, est un véritable décor de cinéma. Le guide nous informe que ce quartier est le set d’une série connue et diffusée dans le monde entier et dans toutes les langues : Plus Belle la Vie. Puis nous l’avons suivi jusqu’au Pôle Média de la Belle de Mai, pour visiter les studios de tournage de la série, où sont reconstituées les scènes de vie quotidienne du fameux quartier du Panier.

Découvrir la gastronomie marseillaise en direct du Vieux Port

Ce voyage linguistique à Marseille passe obligatoirement par les bonnes tables et la dégustation de produits typiques de la région provençale. On apprend mieux le français le ventre bien rempli, paraît-il. A commencer par ce plat au nom surprenant et difficile à prononcer pour un étranger : la bouillabaisse. Nous avons retracé les étapes de la recette en allant sur le Vieux Port le matin, au moment du retour des bateaux de pêche, pour reconnaître les poissons utilisés dans cette concoction locale. La rascasse n’a pas séduit beaucoup de nos jeunes gourmets. Les élèves ont préféré discuter avec les commerçants et regarder les jolis bateaux amarrés… 

La soupe au pistou a fait plus d’amateurs au dîner ! Les saveurs du basilic ont fait chanter les papilles comme on dit dans la région ! Enfin, les petites navettes, biscuits croquants en forme de barque, et parfumés à la fleur d’oranger, ont fait office de goûter. La boutique les Navettes des Accoules dans le quartier du Panier a été dévalisée !

Une légende urbaine marseillaise… 

Saviez-vous qu’il y a bien longtemps, le Vieux-Port de Marseille a été mystérieusement bloqué par un sardine géante, obstruant l’accès des navires au port. Malgré tous leurs efforts, les marins n’ont pu la déloger! La sardine monstre resistait obstinément. 

La solution est venue d’un jeune garçon : il utilisa un petit poisson appelé le muge, comme appât pour attirer la sardine géante hors de l’entrée du port. Victoire! l’effet diversion a fonctionné, et le port était libéré. Voilà une légende insolite qui participe de l’histoire orale de MArseille et du lien intangible que la ville entretient avec la mer… . 

Faire un séjour linguistique à Marseille, c’est aller à la rencontre de la culture française en lien avec la mer. L’histoire (et la préhistoire), le patrimoine, l’architecture, les paysages, la cuisine … tout est tourné vers la Méditerranée. Cette semaine rythmée par les cours de français le matin et les sorties l’après-midi, a généré un enrichissement culturel et humain sans pareil pour tout le groupe scolaire. Une belle aventure bleu marine où les élèves ont échangé avec d’autres étudiants marseillais malgré quelques difficultés à comprendre l’accent provençal très chantant !

Auvers-sur-Oise : voir les derniers paysages de Van Gogh

Auvers-sur-Oise : voir les derniers paysages de Van Gogh

70 jours, 78 œuvres :

Vincent Van Gogh a battu des records de créativité artistique dans cette période pourtant bien sombre de sa fin de vie à Auvers-sur-Oise. 

Ce village pittoresque du Vexin a sans nul doute été une source d’inspiration et un moteur pour le peintre, et pour beaucoup d’autres artistes… Visiter Auvers-sur-Oise vous immerge dans des paysages champêtres et bucoliques, et dans les derniers jours de la vie chaotique du peintre impressionniste. Une journée émouvante, passionnante et dépaysante à 1h de Paris.

Suivez le guide de Vacances Actives Linguistiques, réservez votre escapade à Auvers-sur-Oise

Les paysages du Vexin : ressourçants et inspirants

Auvers-sur-Oise est un village pittoresque lové au cœur du parc naturel régional du Vexin, et de ses grands champs ouverts et colorés. Irrigué par l’Oise, affluent de la Seine, ce paysage offre une grande bouffée d’air à ceux qui l’arpentent, au gré des chemins ruraux. Des ruelles bordées de maisons bourgeoises et de fermes en pierre calcaire, des manoirs et des chaumières, des champs de blé et de vastes étendues parsemées de fleurs. Ce décor a inspiré Van Gogh et bien d’autres artistes paysagistes et impressionnistes. Pissarro, Daubigny, ou encore Gauguin s’y sont ressourcés et y ont trouvé l’inspiration créative au contact de cette campagne. 

“ Il y a beaucoup de bien-être dans l’air. Un calme à la Puvis de Chavannes j’y vois ou y crois voir, pas d’usines, mais de la belle verdure en abondance et en bon ordre.” 

Lettre du 25 mai 1890 de Vincent Van Gogh à son frère Théo

Si vous avez déjà suivi notre guide à Fontainebleau, alors vous vous souviendrez du village d’artistes de Barbizon, et de son école de peintres… Nombre d’entre eux, représentants du mouvement des Impressionnistes, ont aussi fait étape à Auvers-sur-Oise, couchant sur leurs toiles les paysages du Vexin. 

Le Docteur Gachet et sa maison

Un autre point commun relie tous ces artistes : le Docteur Gachet, peintre, collectionneur d’art, et médecin homéopathe. Il s’est lié d’amitié avec les peintres impressionnistes et cubistes, comme Pissarro et Gauguin. Van Gogh, enchanté par cette rencontre, réalisa le portrait du docteur et représenta plusieurs fois dans ses tableaux la jolie maison bourgeoise du praticien. 

Le jour du suicide du peintre, le Docteur Gachet fut dépêché sur place, à l’Auberge Ravoux.

Le Château d’Auvers sur Oise

Le Château d’Auvers sur Oise est une splendide demeure bourgeoise du XVIIe siècle érigée par un puissant homme d’affaires italien proche de Marie de Médicis. En visitant ce domaine de style classique et ses jardins étagés, on découvre un parcours immersif et sensoriel sur le mouvement Impressionniste et ses nombreuses influences dans l’art. Une parfaite expérience pour s’imprégner des techniques et du contexte de ce courant pictural, si bien représenté par Van Gogh. D’ailleurs, le peintre hollandais immortalise le château d’Auvers-sur-Oise sur une toile intitulée Le château d’Auvers au coucher du soleil.

La promenade du parc y est très agréable et mène à un nymphée, une grotte circulaire artificielle surprenante, disposant d’un éclairage zénithal et décorée de coquillages. 

Toquez à la porte de l’Auberge Ravoux, entrez dans la dernière “maison de Van Gogh”

Vincent Van Gogh est venu se réfugier à Auvers-sur-Oise sur les conseils de son frère Théo, qui lui a vanté les mérites de cette campagne apaisante. Après des années tumultueuses, tourmenté par son âme et son art, Vincent Van Gogh passe les dernières semaines de sa vie à l’Auberge Ravoux. Le peintre y prend pension en mai 1890 dans une petite mansarde de 7m2, où il dessine inlassablement, et peint frénétiquement près de 80 tableaux.

Il a ses habitudes à l’Auberge, choisit toujours la même place pour se restaurer… jusqu’à ce jour de juillet 1890. Au milieu des champs de blé qui cernent le village, Van Gogh se tire une balle dans la poitrine, et se traîne jusqu’à sa chambre où il décède le surlendemain, le 29 juillet 1890. 

En découvrant ces lieux parsemés d’objets du quotidien, de reproductions de peintures et de lettres écrites à son frère… l’émotion est saisissante. 

L’un de ses derniers tableaux illustrent l’ultime paysage qui marquera son œuvre et sa vie : Champ de blé aux corbeaux. 

L’église et le cimetière d’Auvers sur Oise

Voici un autre motif récurrent des dernières peintures de Van Gogh : l’église d’Auvers-sur-Oise. Par son tableau éponyme, le peintre lui confère une notoriété mondiale ! 

Au Nord de l’église, le cimetière abrite la tombe de Vincent et de son frère Théodore Van Gogh. Tous deux décédés à quelques mois d’intervalle, ils furent inhumés côte à côte. Un lierre, issu du jardin du Docteur Gachet, recouvre et réunit les deux tombes d’une grande sobriété. Elles sont marquées par une pierre simple avec leurs noms gravés dessus.

Vincent Van Gogh n’est pas le seul artiste à être inhumé dans ce modeste cimetière. On croise aussi les sépultures d’Émile Boggio – peintre postimpressionniste, de Léonide Bourges – peintre, élève de Daubigny, ou encore Charles Sprague Pearce – peintre américain, élève de Bonnat.

Visiter Auvers-sur-Oise est un voyage dans le temps et dans l’esprit de Van Gogh. Riche d’émotions et de souvenirs, l’itinéraire retrace la fin de vie du peintre hollandais, et permet de s’immerger dans les paysages ruraux colorés qui ont inspiré de nombreux artistes. Lieu de vie, lieu de mort, lieu de création, lieu de folie, Auvers sur Oise et ses décors bucoliques et rustiques vous offrent une pause artistique et culturelle dépaysante à moins d’une heure de Paris !

Vacances Actives linguistiques vous invite à suivre les derniers pas de Van Gogh jusqu’au Vexin français : on attend vos réservations !

Carnet de voyage linguistique à Lille

Carnet de voyage linguistique à Lille

Magda, étudiante en français langue étrangère venue d’Amsterdam, nous fait le plaisir de partager son carnet de voyage, soigneusement rédigé lors de son séjour linguistique à Lille, la capitale des Flandres.

L’étudiante hollandaise de 21 ans poursuit des études pour devenir professeure de français. Elle n’en est pas à son premier séjour linguistique en France. Après Paris et la Provence, elle décide d’explorer la métropole lilloise avec un groupe d’étudiants FLE guidé par VAL. Dans son carnet de voyage, elle nous fait part de ses 10 découvertes favorites, culturelles, gastronomiques, et artistiques.

From Amsterdam to Lille, direction le Nord de la France pour un voyage de 6 jours bien remplis !

Mes premières impressions de voyage à Lille

château fort Blandy-les-Tours

J’avais hâte de découvrir le Nord de la France : on connaît Lille pour sa grande braderie, pour sa vie culturelle depuis que la ville a été Capitale Européenne de la Culture, et pour sa gastronomie un peu… riche !

Les premiers pas que nous avons fait à Lille nous ont menés à la Grand’Place : wow !
Pour commencer ce séjour linguistique lillois, j’ai eu vraiment l’impression d’être dépaysée et l‘architecture flamande a beaucoup de charme. Ces façades hautes, travaillées et colorées, cette place vivante avec ses terrasses animées, et ce beffroi qui nous domine de haut… Cette ambiance chaleureuse m’a réjouit!

Mes 10 coups de coeur de voyage FLE à Lille

 

1. Promenade dans le Vieux Lille et ses ruelles pavées

Nous avons débuté notre découverte de Lille par une balade dans le centre historique, le Vieux Lille, avec ses ruelles pavées, et ses magnifiques constructions à l’architecture flamande en briques et en pierres.

J’ai particulièrement adoré la Rue Esquermoise, la rue de la Bourse, la Grande Chaussée : le quartier a beaucoup de charme ! Entre les boutiques artisanales, les magasins de luxe, les bars et les restaurants, il y en a pour tous les goûts!

La Place aux Oignons m’a beaucoup marquée aussi, avec son nom si original ! Ce lieu est très joli mais n’a rien à voir avec des oignons… Son nom viendrait d’une déformation de l’expression dominium, le donjon, prononcée et déformée  en “des oignons”. En tout cas, elle donne le sourire ! 

chateau-vaux-le-vicomte-dome
chateau-vaux-le-vicomte-dome

2. Visiter le Beffroi de l’Hôtel de Ville et la Grand’Place

Nous traversons la Place du général De Gaulle : les habitants la surnomme Grand’Place (non je n’ai pas oublié le E final!). C’est le cœur de la ville. On y voit des monuments historiques, comme la Vieille Bourse, le Théâtre du Nord, ou la Colonne de la Déesse placée au centre. 

Mon meilleur souvenir ce jour-là ? 

La visite du Beffroi de l’Hôtel de Ville, haut de 104 mètres: nous avons suivi notre guide FLE jusqu’au sommet ! Son architecture est originale, avec un mélange de tradition flamande et de béton armé, et son carillon résonne très fort ! Deux personnages sont sculptés sur sa flèche : il s’agit des deux géants fondateurs de la ville : Lydé… et Phina… quelque chose comme ça, je ne me souviens pas de leurs noms compliqués! Ce sont un peu les Rémus et Romulus de Lille!

Depuis le sommet, quel vertige ! Une vue à 360° sur toute la cité! C’est une grande émotion, on se sent vraiment minuscules, et on peut contempler la ville paisiblement.

3. Jeux d’échecs à La Vieille Bourse de Lille

J’ai découvert un lieu absolument incroyable lors de ce séjour linguistique à Lille. Le 2e jour, mon groupe d’étudiants et moi sommes entrés dans le bâtiment de la Vieille Bourse, de style Renaissance flamande. En fait, il s’agit d’un ensemble de 24 demeures identiques, jumelées autour d’une cour. Et quelle découverte !

Cet édifice accueille désormais des bouquinistes, comme sur les quais de Paris, et des joueurs d’échecs ! Dans ce silence monacal, nous n’avons même pas osé chuchoter… J’aurais tant aimé participer et me prendre pour l’héroïne de la série Le Jeu de la Dame. Les soirs d’été, les joueurs laissent place aux danseurs : musique tango, jazz etc. L’atmosphère doit être fascinante !

4. Dégustations de spécialités flamandes au marché de Wazemmes

Cours de gastronomie du nord et cours de français en direct du marché de Wazemmes! Ce marché est vraiment convivial, comme je n’en ai jamais vu chez moi. Et notre guide en a profité pour nous faire déguster les spécialités de la cuisine flamande ! Mon estomac s’en souvient encore.

A commencer par le welsh, ce pain recouvert de cheddar fondu avec de la bière, de jambon, et d’œuf. Very special… 

Et mes amis se sont moqués de moi lorsque j’ai senti l’odeur du fromage local, le maroilles. Une horreur absolue, je n’ai même pas voulu goûter ! 

J’ai préféré le Merveilleux, ce gâteau lillois au chocolat avec de la meringue et de la crème… So delicious!

5. Après-midi au Palais des Beaux-Arts de Lille

Après ce déjeuner copieux, nous avons passé l’après-midi au Palais des Beaux-Arts. Il représente le 2e musée de France le plus visité ! Cela se comprend, quand on voit les peintures prestigieuses exposées dans ce beau palais du 19e siècle. Des œuvres de Rubens, Goya, Delacroix, mais aussi de sculptures des fameux Rodin et Camille Claudel. Une grande richesse artistique qui nous a touchés, mon groupe FLE et moi, car il y avait de nombreux artistes hollandais représentés, parmi lesquels mes préférés : Anthonie de Lorme ou Pieter de Hooch.

6. Balade à la “Reine des citadelles” de Vauban

  • Matinée libre : j’en ai profité pour visiter la Maison natale du Général de Gaulle dans le centre du Vieux Lille. Classée Maison des illustres et Monument Historique, cette charmante maison bourgeoise n’avait rien non plus d’un château.

  • Après-midi balade historique : Retrouvailles avec le groupe FLE pour une promenade guidée à la citadelle de Lille. Cette construction a été commandée par le Roi Soleil à l’architecte ingénieur Vauban, qui l’a surnommé “la Reine des citadelles”. En forme d’étoile et entourée de cinq bastions, elle a été construite pour protéger la ville de Lille au XVIIIe s. Nous avons fait une balade avec le guide francophone dans le vaste parc qui l’entoure et le long de la rivière. La citadelle en elle-même ne se visite pas car elle demeure un site militaire.

  • Fin de journée fun : Moment partagé avec les amis voyageurs étrangers. Nous avons bu une bière (locale!) dans un bar situé sur la péniche Archimède, sur la rivière la Deûle… un moment parfait pour se retrouver avec les amis hollandais et les guides !

7. Best moment ever : dégustation de gaufres à la Maison Meert de Lille

Mon meilleur souvenir de voyage à Lille?

La dégustation des gaufres lilloises au salon de thé Family Tea de la Maison Meert. Un moment unique ! Elle est une des pâtisseries les plus anciennes du monde encore en activité! Elle a été fondée dans les années 1760. La recette de leur gaufre fourrée n’a pas changé… et reste secrète bien sûr!

Les gaufres Meert fourrées au sucre croquant et à la vanille sont super gourmandes et fondantes. J’en ai offert à ma famille comme souvenir de voyage dans une jolie boite décorée.

La boutique de la maison Meert située dans le Vieux Lille est splendide. On a l’impression de rentrer dans un petit monde merveilleux hors du temps. L’architecture et la décoration sont particulièrement luxueuses, avec des lustres, des dorures, des arabesques, beaucoup de détails colorés et un peu orientaux. Souvenir délicieux !

8. Étape au Musée La Piscine à Roubaix

Aujourd’hui, direction Roubaix, à quelques minutes de Lille, pour visiter un musée hors du commun : le Musée Piscine! Pourquoi ? Car il a été aménagé dans une ancienne piscine de style art déco : original, non?
J’ai pu y découvrir des collections variées de peintures, sculptures mais aussi de tissus, ou encore de photographies. Mais ce qui m’a le plus impressionnée est la visite de l’édifice en lui-même : le lieu est vraiment superbe. L’Art Déco fait partie de mes styles préférés, c’est un art très élégant et joyeux.

9. Visite du Musée du Louvre-Lens

Nous avons poursuivi notre journée à Lens, à 50 km de Lille pour y découvrir le Musée du Louvre N°2! Une antenne du fameux Louvre de Paris a été créée à Lens. Celui-ci est un peu différent (et plus petit évidemment!) de celui de Paris, que j’ai eu la chance de visiter il y a deux ans. Nous avons visité la Galerie Du Temps, qui présente les œuvres d’art du monde entier dans un ordre chronologique. J’aime bien cette disposition car on peut vraiment suivre l’évolution de l’art, en croisant toutes les civilisations. 

10. Un samedi à la Braderie de Lille

C’était l’événement de notre voyage linguistique à Lille : la grande braderie !
C’est aussi pour cela que nous avions choisi de partir la première semaine de septembre pour découvrir cet événement populaire dont tout le monde parle, même à Amsterdam.

La Grande Braderie est un immense marché où les gens viennent vendre leurs objets et faire de bonnes affaires. Il est interminable : il paraît que cela représente plus de 100 km de stands dans toute la ville de LIlle ! C’est une fête très ancienne qui rassemble près de 2 millions de visiteurs chaque année. Et surtout, il y a un plat incontournable qui fait partie de la tradition : le moules-frites!
Nous avons bien profité de notre journée, en déambulant dans la ville, en discutant avec les Lillois qui sont très sympathiques et chaleureux. Tout le groupe d’étudiants FLE a dégusté un plat de moules-frites très réconfortant avant de prendre le chemin du retour vers l’aéroport… Un excellent moment partagé avant le départ !

Envie de suivre les pas de Magda et de découvrir le Nord de la France? 
Nos séjours linguistiques et culturels s’adaptent aux groupes et à tous les publics ados ou adultes pour découvrir les villes françaises et perfectionner son français ! 

Contactez VAL et organisons votre séjour en groupe, scolaires et adultes ! 

Une américaine en Bretagne : ses 10 étapes coups de coeur

Une américaine en Bretagne : ses 10 étapes coups de coeur

Quelles sont les impressions d’une voyageuse américaine à la découverte des terres bretonnes et de son folklore?

Suivons les pas de Ava, une étudiante en FLE originaire de Philadelphie débarquée sur le sol nord breton, en exploration depuis les Côtes d’Armor jusqu’au Finistère avec l’équipe de Vacances Actives Linguistiques. Quels sont ses coups de cœur au fil de son périple? Quel regard porte-t-elle sur son voyage ?

Découvrez les meilleurs passages du carnet de voyage d’Ava, une américaine en Bretagne!

Une américaine en Bretagne : le carnet de voyage

château fort Blandy-les-Tours

Voici mon carnet de voyage dédié à la Bretagne du nord, de Saint Malo à Brest.

Je vous partage les meilleurs moments de cette belle semaine passée avec ma promotion d’étudiants en Français Langue Etrangère, guidée par Valérie et nos professeurs. Un voyage en 10 étapes coups de cœur, pour décrire cette merveilleuse escapade très gourmande et fascinante, lors de notre Summer Camp en Bretagne !

1. Saint-Malo : à l’abordage !

Après une semaine fantastique passée à Paris, où j’ai découvert les plus beaux musées et les monuments mythiques de la capitale française, le voyage de mon groupe de Français Langue Étrangère se poursuit en Bretagne, sur la côte nord de la région. Notre bus nous a conduit directement depuis Paris jusqu’à Saint Malo. Le dépaysement a été garanti! 

Arrivée à Saint Malo. Nous avons commencé par explorer le centre historique et ses remparts, construits au Moyen âge. L’histoire de cette ville est digne d’un roman d’aventures et de pirates ! Le port de Saint Malo abritait au 17e siècle des navires corsaires désignés par le roi pour chasser, piller et couler les bateaux ennemis, principalement anglais et espagnols. 

C’est ici que notre guide nous a présenté la vie de Jacques Cartier, un navigateur et grand explorateur né à Saint Malo. C’est lui qui fit la découverte du Canada et d’une partie des Grands Lacs!

chateau-vaux-le-vicomte-dome
chateau-vaux-le-vicomte-dome

2. Rencontre amoureuse avec un kouign amann

A l’heure du goûter, je suis tombée amoureuse d’un kouign amann : une pâtisserie typiquement bretonne à base de beurre, de beurre et… de sucre ! On dit que ce gâteau fut inventé par erreur par un boulanger breton… Il aurait manqué la réalisation de ses fameux croissants. En ne respectant pas la recette du croissant, il a inventé celle du kouign amann !

Ce gâteau est tellement croustillant, fondant, gourmand et réconfortant après notre balade dans la ville sous une petite pluie! Tellement irrésistible… Si seulement je pouvais l’emporter dans mes bagages…

3. Les visages sculptés de Rothéneuf : ça vaut le Mont Rushmore!

L’après-midi, nous nous sommes promenés sur la côte jusqu’à Rothéneuf, en suivant le “sentier des douaniers. Je me souviens tout particulièrement de ce lieu insolite : les rochers de granit du bord de mer sont sculptés et forment des visages et des personnages! Ce travail a été réalisé par un seul homme, un prêtre breton, qui a passé 14 ans à sculpter au total près de 300 œuvres ! Incroyable ! Cela m’a rappelé un peu le Mont Rushmore…

Le lendemain, nous avons passé une journée entière au so famous Mont Saint Michel ! Mais j’y consacrerai un chapitre de mon carnet de voyage prochainement, car quelques lignes ne suffiraient pas à décrire cette expérience !

4. Cap Fréhel : le phare hallucinant

Après la visite de Dinard (so chic!), sur le chemin vers l’Ouest, en longeant la route du littoral, nous avons fait un stop au phare du Cap Fréhel. Les phares sont des monuments que je trouve réellement fascinants. J’imagine la vie extraordinaire des gardiens seuls dans leur tour face à la mer…  

Cet ouvrage est impressionnant avec sa tour carrée et son architecture puissante. Sa lanterne nous domine de plus de 30 m! Lorsque le ciel est dégagé, on peut apercevoir l’île de Bréhat au large. L’île de Bréhat …. notre prochaine destination !

5. L’île de Bréhat : un havre de paix fleuri

Nous avons pu accéder à l’île de Bréhat uniquement à vélo: adieu le bus ! Tout le groupe a enfourché une bicyclette et nous avons suivi le guide. Quelle expérience ! Nous avons fait tout le tour de l’île, en fil indienne, et découvert ses paysages très préservés et sa citadelle.

L’île est une immense réserve naturelle protégée, et les rares habitants sont très respectueux de leur environnement. Pas de voiture sur l’île ! Grâce à notre guide, nous avons pu observer beaucoup d’essences de fleurs colorées, parfois exotiques. J’en ai découvert une quantité que je n’avais jamais vue de ma vie ! Le mimosa, le camélia… et surtout l’agapanthe, une fleur bleu-violet qui est très répandue sur l’archipel.

Puis nous avons visité la Verrerie de Bréhat située au cœur d’un fort dans la citadelle. Là j’ai découvert le travail des souffleurs de verre et leurs créations très fines et délicates. J’en ai profité pour acheter quelques souvenirs à ramener à ma famille.

6. Le port de Paimpol et ses maisons à pans de bois

Le lendemain matin, après les croissants chauds du petit déjeuner (miaaaaam), nous avons fait un tour dans la vieille ville et au port de pêche de Paimpol. Le centre ancien est tellement charmant ! En déambulant dans ses rues pittoresques, on découvre une quantité de maisons à colombages bien conservées, tandis que sur le port, l’architecture change : ce sont les maisons de pêcheurs qui dominent. 

 

Autour d’une petite place, nous nous sommes arrêtés devant la maison Jézéquel, une vieille bâtisse du XVe siècle classée Monument Historique. Il faut y entrer par curiosité ! Car derrière ses murs à pans de bois, elle abrite une quincaillerie et une coutellerie familiale depuis 1886. A l’intérieur, c’est un univers à la Prévert : toutes sortes d’objets, de  poignées, de boutons de porte, d’ustensiles de cuisine, des couteaux et des ciseaux, à n’en plus finir ! Je ne sais pas comment ils réussissent à faire de l’ordre dans tout ça…

A 12h, je n’étais pas très enthousiasmée par la dégustation d’huîtres : je les ai goûtées pour la première fois sans être totalement convaincue… L’aspect est bizarre mais ça reste rafraîchissant !!!

7. La Côte de granit rose : vue depuis mon paddle sur mer !

La côte de granit rose tient son nom de ses rochers massifs plus ou moins lisses qui dessinent cette partie du littoral breton. 

Les rochers, les croix celtes et les phares définissent un merveilleux décor que l’on peut admirer par le chemin côtier ou depuis la mer ! Nous avons eu beaucoup de chance ce jour-là car le soleil était avec nous.

Notre groupe a été partagé en deux équipes : l’une est partie en kayak pour explorer à la pagaie les contours de la côte, et l’autre groupe, dont je faisais partie, s’est lancé sur le paddle ! Une occasion d’essayer un nouveau sport et de bien rire. La moitié du groupe a fini à l’eau, heureusement qu’elle n’était pas gelée !

8. Perros Guirec, une ville d’artistes

La côte de granit rose de Bretagne donne son plus beau profil depuis Perros Guirec. J’ai trouvé cette ville particulièrement photogénique ! Pour preuve, elle a recueilli un grand nombre d’artistes peintres célèbres. Moi qui ai suivi des études d’histoire des arts, je m’y suis sentie très inspirée!

Perros Guirec est le fief du peintre nabi Maurice Denis, qui a investi la Villa Silencio. Cette demeure de style néo médiéval a été construite en 1894 en surplomb de la mer. Le peintre s’est sans doute inspiré des panoramas offerts depuis sa fenêtre, pour peindre de splendides tableaux des paysages de la côte bretonne. Nous y sommes restés jusqu’au coucher de soleil : l’ambiance était magique !

9. Brest, et les traces de l’histoire

La fin de notre voyage se poursuit dans la grande ville de Brest, située à la pointe de la Bretagne.  On appelle cette région le Finistère : la fin de la terre… En face, le continent le plus proche : c’est l’Amérique ! 

La visite de Brest, une ville entièrement détruite par les alliés durant la seconde guerre mondiale, a été un choc. Son architecture est si différente, moderne, massive, géométrique… Le port et les fonctions militaires occupent une grande partie du littoral et de la ville : des bateaux immenses, des paquebots, des armateurs sont présents dans l’arsenal. Cette ambiance m’a beaucoup impressionnée, c’est vraiment une ville à part et riche d’histoire. 

10. Crêpes, galettes saucisses et cidre

Le soir, sur le port, nous avons fait la meilleure dégustation de crêpes et de galettes! Nous connaissions déjà bien les crêpes avec le Nutella! Mais la spécialité locale est la crêpe salée, ou galette, faite avec une farine très savoureuse : le sarrasin. La plus typique est farcie avec de la saucisse: tout le groupe a adoré cette recette !!!! Je crois que je pourrai la reproduire à la maison. 

Traditionnellement, les crêpes et galettes sont accompagnées d’un verre de cidre que l’on boit dans une bolée. Cette boisson pétillante est faite à partir de pommes, légèrement alcoolisée, et super fraiche ! Pour notre dernière soirée, c’était parfait !

Le voyage d’Ava vous inspire ?
Envie d’un séjour linguistique et culturel dans une région française pour perfectionner votre français et découvrir les plus beaux sites du pays ? 

Contactez VAL et organisons votre séjour en groupe, scolaires et adultes !